Questions identitaires

 

1- Qui êtes-vous ?

Dans le lot des questions qui nous sont posées, celle-ci est la plus fréquente. Nous sommes des militants syndicaux québécois … sans pour autant être syndiqués, bien que nous le fûmes durant une certaine période de nos vies. Mais comme le goût de la justice sociale ne se perd pas, nous continuons. En réalité, nous coopérons avec toute forme d’énergie pouvant renforcer le filet social du Québec.

1.1- Darisse BELLAVANCE

darisse-trioDarisse BELLAVANCE est la productrice déléguée, l’âme damnée de l’équipe, celle qui incarne le quotidien paperassier de la production. Ensuite, c’est elle qui, lors des tournages, assume toute seule la captation audio (une console) et vidéo (deux, parfois trois, caméras), ce qui, en ajoutant l’éclairage soft box, la rend parfois stressée. Allez savoir pourquoi ! Enfin, c’est elle qui «surveille» Nelson aux différentes étapes de la réalisation. Fait à signaler, une fois une production mise en ligne, Darisse a l’art de découvrir des coquecigrues ayant échappé à toute vigilance, ce qui oblige de tout reprendre. Côté carrière, elle a commencé comme secrétaire à Québec Téléphone, chez elle à Rimouski, et a fini au Fédéral, comme experte en relations industrielles (congédiements illégaux, santé sécurité, équité et sécurité). Là-dedans, elle a assumé la présidence de sa section régionale (Québec) de l’Alliance de la fonction publique pendant dix ans.

1.2- Nelson DUMAIS

nelson-dumaisNelson DUMAIS agit en tant que journaliste «poseux de questions» infographiste réalisateur monteur et bidouilleur techno, un ensemble symbiotique dont les éléments s’imbriquent naturellement. Communicateur de carrière, incluant 30 ans dans la presse écrite, cet historien de formation aime tellement sa nouvelle vie professionnelle, qu’il paierait pour l’exercer. Ce qui oblige ses camarades à le surveiller pour ne pas qu’il le dise et que ça se sache. Allez quêter des fonds après ça ! Ses réalisations ont beau avoir été pompées sur Internet via le site Web de Ferrisson, Nelson ne les considère jamais terminées. Ainsi, presque toutes celles produites en 2013-14 (Saison 1) ont été refaites et, parfois, considérablement améliorées. Syndicalement parlant, Nelson a été actif (en tant que bon «exécutant») entre 1967 et 1981, tant à la CEQ (devenue CSQ) qu’à la CSN et au SPGQ. Après, son implication sociale s’est assumée à l’extérieur du mouvement syndical.

1.3- Fernand FOISY

fernand-foisyFernand FOISY est le producteur, le gars qui connait tout le monde, jeunes ou vieux, qui négocie ceci et cela, qui sait compter et qui ne lâche jamais, jamais, jamais. Un pit bull. C’est un syndicaliste à vie. Un jour, il est tombé dans la marmite et a mordu tous ceux qui ont tenté de l’en faire sortir. Il a beau avoir été actif à la CSN, notamment comme secrétaire général du Conseil central du Montréal Métro (celui de son ami Chartrand), il est à l’aise dans tout environnement syndical, sauf peut-être celui de la Fédération des médecins spécialistes que présidait le bon docteur Barrette. Il a un plan de match, le Fernand. Il voit toutes les émissions de Ferrisson comme autant d’outils pouvant aider le mouvement syndical, notamment dans sa lutte contre le néolibéralisme. Depuis 1997, il a publié chez Lanctôt Éditeur quatre ouvrages sur Michel Chartrand et en 2012, il publiait le tome 1 de «Le Québec, la vraie histoire», une bande dessinée où l’histoire flirte avec l’humour.

1.4- Jean-Pierre LAPORTE

jean-pierre-laporteJean-Pierre LAPORTE est arrivé chez Ferrisson au début de la Saison 3 en tant que producteur associé. En plus d’assister aux tournages dont il est très souvent l’initiateur, il établit tous les contacts nécessaires au renforcement financier de notre micro-entreprise. C’est avec lui que les bailleurs de fonds doivent s’entendre. C’est sous sa houlette que Ferrisson a inauguré un nouveau volet d’activité, soit la production «lucrative» (un bien grand mot…) de documentaires corporatifs, pour peu, bien entendu, que le client soit une structure progressiste (p. ex. un syndicat, une coop. etc.). Diplômé des HEC, Jean-Pierre a été, dans une vie antérieure, expert en relations industrielles pour le compte du gouvernement fédéral. Fait à signaler, quand il était petit, le Jean-Pierre, il rêvait d’autogestion et il avait été particulièrement impressionné par la saga de Tricofil.

2- Faites-vous partie d’une formation politique ?

Absolument pas. Ni maintenant, ni demain. Nous sommes d’obédience sociale-démocrate indépendante de toute formation.

3- Que signifie «Ferrisson» ?

C’est un néologisme nominatif tiré des prénoms des trois associés fondateurs, FERnand (Fernand Foisy), daRISse (Darisse Bellavance) et nelSON (Nelson Dumais).

4- Qui vous paie pour faire ce travail ?

À ce jour, personne ne nous a rémunérés. Sans pour autant être à but non lucratif, nous nous organisons pour entrer dans nos frais. Ajoutons que depuis le début du projet (automne 2013), nous ne nous sommes pas encore versé de salaire. Par contre, la CSQ nous a donné des sous, le Fonds de solidarité de la FTQ nous a également encouragé et des gens nous ont gratifiés de dons personnels. En réalité, notre salaire est ce privilège que nous avons de rencontrer des gens absolument uniques et remarquables, parfois des inconnus, parfois des figures publiques, et de les mettre en lumière dans un production vidéo de notre cru. C’est une sorte de petit bonheur qui n’a pas de prix.

5- Mais si on vous commande une production ?

Évidemment, si un organisme progressiste nous commande une production, c’est-à-dire nous embauche comme fournisseur de services, ce qui est possible depuis septembre 2015, nous allons vouloir être payés raisonnablement. C’est ce qui nous permet d’améliorer la qualité de nos équipements. Toutefois, le client devra nécessairement se qualifier comme «organisme progressiste».


Questions philosophiques

 

6- Le site s’intitule désormais LES MILITANTS LES MILITANTES, mais vos émissions continuent à n’afficher que l’ancienne désignation LES MILITANTS. Quand réglerez-vous ce problème ?

Dès la Saison 4, tous nos produits arboreront LES MILITANTS LES MILITANTES. Et si jamais le temps ou les moyens nous le permettent, nous en ferons autant avec les 500 quelques produits déjà en ligne.

7 – Quels objectifs visez-vous avec ce site Web ?

D’une part, le projet «Les Militants Les Militantes» entend recueillir les souvenirs, les récits (voire la mémoire), aussi bien des artisans qui ont contribué à tisser au Québec ce filet social que des idéologues néolibéraux s’affairent à saccager, que de ces militants et militantes qui, actuellement, se battent pour contrer lesdites forces néolibérales.

D’autre part, le projet entend rendre accessible gratuitement, ici même en ces pages, toute cette information précieuse recueillie et mise en format audiovisuel.

Voilà pourquoi il est affirmé en entête que ce site Web vise à être «la mémoire progressiste du Québec telle que racontée par ses acteurs et actrices». C’est une mission infiniment grande que Ferrisson tentera d’accomplir petit à petit tant qu’il sera possible de le faire.


Questions généralistes

 

8- Comment choisissez-vous les gens qui font l’objet de vos émissions ?

Des syndicats, des groupes, des membres de notre équipe, suggèrent des noms autour desquels nous débattons en début de saison. Dès lors, nous contactons ces gens et organisons la logistique afférente, préparons les questions, etc..

9 – Acceptez-vous de voyager pour rencontrer des militants(es) ?

Certainement. À ce jour, nous avons tourné dans les grandes régions de Montréal et de Québec, dans les Laurentides et, pour notre plus grand bonheur, en Jamesie.

10- Quand le projet Les Militants a-t-il débuté et quand va-t-il prendre fin ?

La première émission a été enregistrée en novembre 2013. Quand à la fin du projet, nous ne savons pas quand elle se produira et rien n’indique que nous nous en approchons.

11- Peut-on utiliser vos émissions chez nous ?

Si vous êtes un syndicat, un groupe populaire, une coopérative, bref, si votre organisme est voué au progrès social, si vous êtes impliqués en économie sociale, vous avez le droit d’utiliser à vos fins l’ensemble de nos émissions. Nous exigeons cependant que vous indiquiez clairement que Ferrisson en détient la propriété intellectuelle.


Questions de production

 

12- Comment expliquez-vous la différence entre les émissions de la Saison 1 et celles des Saisons 2 et 3 ?

tournageComme son nom l’indique, la Saison 1 du projet «Les Militants» a été celle de nos débuts. Bien que dotés d’une certaine expérience, nous manquions de pratique récente et ne disposions que d’une fraction de l’équipement dont nous jouissons actuellement. Qui plus est, des le départ, notre caméra HD a flanché et notre système audio flambant neuf s’est avéré des plus médiocres. Bof ! Il en a découlé une certaine modestie de traitement, du moins si on compare à aujourd’hui.

Par exemple, pour 10 des l5 militantes et militants alors traité(e)s, les émissions ont eu une durée de 27 minutes, les autres ont été de 54 minutes (2 segments de 27 minutes chacun). En guise de comparaison, seules 2 des 12 émissions régulières de la Saison 2 n’ont fait que 27 minutes, les autres ayant toutes été de 54 minutes. Quant à celles de la Saison 3, elles sont toutes de 54 minutes. En outre, les émissions régulières de la Saison 1 ont conservé la facture graphique originale (mosaïque de photos), alors que celles des Saisons 2 et 3 arborent celle de l’animation sur fond vert. Autre caractéristique digne de mention, toutes les émissions des Saisons 1, 2 et 3 ont le format vidéo 720p, ce qui est amplement suffisant pour le web-diffusion. Mais grâce aux caméras achetées durant la Saison 3, toutes les émissions qui seront produites dès la Saison 4 le seront en 1080p, ce qui permettra leur diffusion sur écran géant.

13- Qu’entendez-vous par «émission régulière» ?

Ce sont des émissions de 27 ou de 54 minutes (en deux segments de 27 minutes chacun) qui traitent d’une ou d’un militant, ce qui constitue la raison d’être du projet. Toutefois, chaque saison comporte quelques émissions spéciales: deux durant la Saison 1, une pendant la Saison 2 et quatre au cours de la Saison 3.

14- Vous retouchez certaines de vos émissions, pourquoi ?

longue grèveNous produisons à un rythme intensif et nous sommes très peu nombreux. Ainsi, il arrive que des problèmes ne soient pas repérés à temps. D’autre part, certaines émissions de la Saison 1 ont été refaites avec du meilleur équipement quand ce fut possible de le faire. Si nous ne parlons pas d’un «Work in Progress», nous n’en sommes pas loin. En fait, nous tirons profit d’une réalité: nous contrôlons toutes les questions de diffusion et de distribution. Ce qui signifie que nous pouvons modifier tous nos produits si nous le devons. Auquel cas, il va de soi que nous en parlons avec les militants ou militantes concerné(e)s. Pas beau ça ?

15- Qu’en est-il de ces compléments vidéo que vous proposez ?

Traditionnellement, le métrage non utilisé dans une production restait sur tablettes. Chez nous, nous en tirons des clips d’intérêt que nous proposons en complément à nos émissions. Ainsi, rien n’est perdu.


Questions d’aide

 

16- Pouvez-vous compter sur une relève ?

Jusqu’ici, non. Avis aux intéressé(e)s !

17- Recrutez-vous des collaborateurs(trices) ?

Parfaitement ! Nous recherchons activement des gens qui s’y connaissent en production vidéo ou en multimédia ou en optimisation Web (SEO) ou en réseaux sociaux, etc., des gens qui, par surcroît, n’ont pas besoin de salaire, ont du temps libre, croient en la justice sociale et sont à l’aise dans le monde de l’économie sociale, bref, des gens qui sont des oiseaux rares.

18- Comment peut-on aider Ferrisson ?

En nous faisant connaître, en nous présentant un(e) militant(e) aussi remarquable qu’inconnu(e), en cliquant généreusement sur notre formulaire de dons, ou encore, en nous offrant de votre temps. Effectivement, nous avons besoin d’aide pour l’entretien, la promotion et l’optimisation de ce site Web

22 avril 2016