Pierre Dubuc, l’Aut’Journal

Le 1er mai 1984, alors que les forces néolibérales rasaient à blanc, que la Gauche ressortait ses cravates de la boule à mites, que les amateurs de manifs filaient vers la boursicote, un bimensuel osait venir troubler l’harmonie, telle une brique lancée dans une flaque de boue. Ainsi naissait L’Aut’Journal ! 34 ans plus tard, Pierre Dubuc, un militant de longue haleine, en est toujours le capitaine avec la barre résolument à bâbord. Au fil du temps, son canard, devenu mensuel papier avec version quotidienne sur le Web, s’est imposé comme passage obligé pour le Gotha progressiste québécois. D’où cette émission longtemps due sur Pierre Dubuc, grand marathonien du progrès social. Bon visionnement. (Note: Les vidéos qui suivent se retrouvent également sur notre chaîne YouTube dont le lien est : « https://www.youtube.com/channel/UCdIV4N91zio-v9eYhW6xngw/featured?view_as=public »).

Pour accéder à la partie 1 de l’émission, cliquez sur l’image ci-haut

Pour accéder à la partie 2 de l’émission, cliquez sur l’image ci-haut

 

Compléments à l’émission, des documents de courte durée.

Supplément 1 : Michel Chartrand à son meilleur (cliquez sur la vignette).
Supplément 2 : Jean-Claude Germain et L’Apostrophe (cliquez sur la vignette).
Supplément 3 : Pierre Curzi et la question linguistique (cliquez sur la vignette).
Supplément 4 : Des sociologues américains pour le moins impressionnés (cliquez sur la vignette).
Supplément 5 : Le prix Cugnet (cliquez sur la vignette).
Supplément 6 : Lutte contre la précarité (cliquez sur la vignette).
Supplément 7 : Au lancement du SPQ Libre (cliquez sur la vignette).
Supplément 8 : Anecdotes sur Paul Rose (cliquez sur la vignette).
Supplément 9 : L’Aut’Journal: Web ou papier ? (cliquez sur la vignette).
Supplément 10 : Les carnets de l’Aut’Journal (cliquez sur la vignette).
Supplément 11 : L’équipe de l’Aut’Journal (cliquez sur la vignette).
Supplément 12 : Ronald Asselin (cliquez sur la vignette).
Supplément 13 : Émile Boudreau (cliquez sur la vignette).
Supplément 14 : De la visite rare: des gens du Sinn Fein (cliquez sur la vignette).
Supplément 15 : La leçon de Baraute (cliquez sur la vignette).

Pierre Dubuc, chantre de la parole progressiste, scribe de l’indépendance du Québec.

Parcourir l’Amérique latine avant de faire Science Po peut expliquer bien des choses à un fils d’ouvrier, surtout s’il visite Recife, fief d’Helder Camara, l’archevêque des pauvres. C’est peut-être là l’explication du tracé militant qu’emprunte dès lors Pierre Dubuc.

Diplômé universitaire, il s’implique d’abord dans la défense des droits des assistés sociaux. Mais comme la contagion marxiste-léniniste des années 70 frappe partout, il y plonge quelque temps. C’est toutefois l’ouvrage de Pierre Vallières, l’Urgence de choisir, qui l’interpelle et lui transmet cette conviction indépendantiste qui l’amènera, plus tard, à être cofondateur du SPQ libre.

Permanent syndical dans la CSQ, Pierre Dubuc est surtout associé à l’Aut’Journal, ce média de combat qu’il dirige depuis 1984. D’abord bihebdomadaire, la publication papier est devenue mensuelle avec version Web aux mises à jour quotidiennes. Tout le Gotha progressiste du Québec y a laissé des textes ou, à défaut, des sous.

Récemment retraité de son syndicat, Pierre Dubuc n’a pas raccroché ses patins puisqu’il entend s’intéresser au fléau croissant de la précarité, phénomène négligé par les centrales syndicales.

Commentez cet article

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *