François Saillant, FRAPRU

François Saillant a été de tous les combats sociaux visant la dignité des moins bien nantis. Dans un pays où le droit au logement n’est toujours pas reconnu, ce fils d’ouvrier a été de toutes les tribunes pour dénoncer le sort des mal logés. Il l’a fait avec minutie, documentation, créativité, persévérance et, parfois, avec succès. Pendant quelque 35 ans, il a été le coordonnateur du FRAPRU, le lobby des gagne-petit en matière de logement urbain. Bref, au su et au vu de la classe politique, il a été un empêcheur de tourner en rond très efficace. Tellement, qu’au party lors de sa prise de retraite, ses amis du FRAPRU lui ont décerné un prix spécial, la «Punaise de lit» (cliquez ici pour voir la photo), honneur auquel il réfère avec humour dans l’émission ici présente comme étant sa «Coquerelle d’Or» … Bon visionnement ! (Le tout se retrouve également sur notre chaine YouTube).

Pour accéder à la partie 1 de l’émission, cliquez sur l’image ci-haut

Pour accéder à la partie 2 de l’émission, cliquez sur l’image ci-haut

 

Compléments à l’émission, des documents de courte durée.

Supplément 1 : Le coût proportionnel du logement (cliquez sur la vignette).
Supplément 2 : Le droit au logement (cliquez sur la vignette).
Supplément 3 : La situation actuelle du logement (cliquez sur la vignette).
Supplément 4 : Les types de logements (cliquez sur la vignette).
Supplément 5 : Les émeutes de 1917 à Saint-Sauveur (cliquez sur la vignette).
Supplément 6 : La relève (cliquez sur la vignette).
Supplément 7 : Gentrification et vandalisme (cliquez sur la vignette).
Supplément 8 : Les ML au Conseil central de Montréal Métro de la CSN (cliquez sur la vignette).
Supplément 9 : Val d’Or (cliquez sur la vignette).

François Saillant. combattant social par vocation, radical de velours par nécessité.

François Saillant a grandi dans le quartier québécois de Saint-Sauveur, près du site des émeutes anti-guerre de 1917 où on avait dénombré 4 morts et 70 blessés. Fier de sa culture ouvrière, il a cheminé jusqu’au bac en journalisme, tout en s’impliquant dans différents groupes populaires.

À 28 ans, devenu militant aguerri, il déménage à Montréal et s’inscrit au FRAPRU, un regroupement fraîchement lancé pour qui, le logement est un droit sacré. Dès lors, on lui confie la coordination de l’organisme et François Saillant sera de toutes les revendications, surtout en ce qui a trait au logement social.

Une de ses premières luttes urbaines sera celle de l’îlot Overdale, recoin peu fortuné dans la mire des développeurs du Centre-Ville de Montréal. Mais de nombreuses autres suivront et chacune sera traitée à la manière FRAPRU, c’est-à-dire avec la plus théâtrale des créativités. Par exemple, on implantera un bidonville pas loin du parlement de Québec, on campera en plein hiver sur la rivière Outaouais, ou on fera cadeau au ministre des finances d’un tas invraisemblable de vieilles chaussures.

François Saillant a beau avoir pris sa retraite du FRAPRU en 2016, il continue quand même à militer auprès des victimes de la froideur sociale et de l’aridité économique. Mais pour cela, il n’a aucun mérite puisqu’agir ainsi le rend heureux.

Commentez cet article

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *