Lionel Bergeron

bande-brune

Série : Les Militantes / Les Militants
Durée : 27 minutes
Qualité vidéo : 720p
Suppléments additionnels : 2
Date du tournage : 25 février 2014
Lieu : Sainte-Madeleine

 
Lionel Bergeron
bande-brune

 


Photo : Syndicat de Champlain

Photo : Ferrisson

Pour accéder à l’émission, cliquez sur l’une ou l’autre des vignettes ci-haut.

Ceux qui n’ont aucune idée de ce qu’était la vie d’un enseignant (ou, pire, d’une enseignante) dans les années 50, ont intérêt à visionner le récit qu’en fait Lionel Bergeron, un ex-président du Syndicat de Champlain (CSQ) qui avait milité avec le légendaire Raymond Laliberté.

Bon visionnement !

bande-brune
Quatre présidents du Syndicat de Champlain, Lionel Bergeron, Guy Bisaillon, Monique Richard et Éric Gingras
Photo : Syndicat de Champlain
bande-brune

 

Compléments à l’émission

Supplément 1 : L’essentielle sagesse d’un leader syndical (cliquez sur la vignette).
Supplément 2 : Point de vue sur le richissime Paul Desmarais (cliquez sur la vignette).
bande-brune

 

Mémoire des débuts et militant permanent

En 1951, Lionel Bergeron, futur président du Syndicat de Champlain, est frère enseignant et détenteur d’un brevet complémentaire. Laïcisé en 1955, il oeuvre comme instituteur à l’élémentaire et, en 1972, comme prof. de mathématiques au secondaire, principalement en Montérégie.

À l’époque où les enseignantes sont payées deux fois moins cher que leurs collègues masculins, il se retrouve à l’emploi de la C.S. Jacques-Cartier où on l’affecte dans un milieu d’une très grande pauvreté.

D’abord militant syndical à la CIC (ancêtre de la CSQ), il devient vice-président, puis, président du Syndicat des enseignants de Jacques-Cartier. En 1970, il participe à la fondation du Syndicat des enseignants de Champlain où il est élu vice-président, poste qu’il occupe jusqu’en 1972. Mais, en 1975, il revient aux affaires, cette fois en tant que président, fonction qu’il assumera jusqu’en 1980.

Lionel Bergeron, témoin d’une époque où les «pauvres» enseignants étaient considérés comme détenteurs d’une «vocation», admire les jeunes d’aujourd’hui. Il se dit fier d’avoir vu ses petits-enfants arborer le «carré rouge» en 2012 …

Commentez cet article

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *