Justice après trois ans

bande-brune

Série : Récits de solidarité
Durée : 6:39
vidéo : 1080p
Suppléments additionnels : 0
Date de production : 2 septembre 2022
Lieu : Prévost

 
Gisèle Dupuis

On dit que la violence conjugale est une sous-catégorie de « misère noire » dont l’intensité, la durée et l’évolution sont difficiles à démontrer. Comment y arriver quand les victimes sont forcément peu collaboratives ? Qui, d’emblée, va avouer avoir connu la violence, la dégradation, le renforcement négatif, cela pendant des années, en toute soumission, avec les enfants parfois en danger ? Pour y arriver, pour casser cette situation de pouvoir, il faudra à la victime beaucoup de courage, surtout face à la société et ses banquettes à ne plus finir de « Jos-connaissants » et à la famille où les défenseurs de l’agresseur et autres « avocats de baraque » pourront se manifester.

Dans le présent vidéo, Gisèle Dupuis, ancienne présidente de la section locale 578 du SEPB (FTQ) se remémore, cela dans la sobriété narrative qui s’imposait, le sort d’une de ses syndiquées qui fut congédiée faute d’avoir invoqué son invivable quotidien devant son employeur. Mais heureusement pour elle, le concept de solidarité étant sous-jacent au monde syndical, elle fut réintégrée … trois ans plus tard.

Chapeau, Mme Dupuis !

Bon visionnement.

Photo : Ferrisson
Photo : Ferrisson
bande-brune

Commentez cet article

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *