Lorraine Pagé, CSQ

Lorraine Pagé, grande combattante de l’injustice, a été la première femme à diriger une centrale syndicale québécoise.

Pour accéder à la partie 1 de l’émission, cliquez sur l’image ci-haut

Pour accéder à la partie 2 de l’émission, cliquez sur l’image ci-haut


 

Compléments à l’émission, des documents de courte durée.

Supplément 1 : Les garderies (cliquez sur la vignette).
Supplément 2 : Lucien Bouchard sommé de se rassoir (cliquez sur la vignette).
Supplément 3 : Des infirmières à la CSQ (cliquez sur la vignette).
Supplément 4 : Retraite bien active et politique municipale (cliquez sur la vignette).
Supplément 5 : L’Alliance des profs de Montréal (cliquez sur la vignette).
Supplément 6 : Le Fonds de solidarité FTQ (cliquez sur la vignette).
Supplément 7 : Le leg d’une paire de gants (cliquez sur la vignette).
Supplément 8 : Léa Roback et Madeleine Parent (cliquez sur la vignette).
Supplément 9 : L’effet «Partenaire pour la souveraineté» (cliquez sur la vignette).

Capsules Flash (moins de deux minutes chacune):

À venir


Lorraine Pagé, coureuse à relais vers une société plus juste

À l’instar du syndicaliste Fernand Daoust, Lorraine Pagé est originaire du Faubourg à M’lasse, secteur populaire de Montréal où elle fait son apprentissage de la vie. Après des études en pédagogie, elle devient enseignante dans le même quartier. Ce faisant, interpellée par l’iniquité enseignant-enseignante, elle devient militante syndicale.

L’intelligence de son leadership et la clarté de son verbe lui font gravir assez rapidement les échelons syndicaux. En quelques années, elle devient tour à tour présidente de l’Alliance des professeurs de Montréal, puis présidente de la CEQ, la centrale québécoise de l’enseignement. Fait à signaler, elle aura été la première femme à occuper ces postes.

Sa carrière syndicale est contemporaine des grandes manoeuvres néolibérales du gouvernement québécois et de la défection généralisée des enseignants à l’endroit du Parti de René Lévesque puis de Lucien Bouchard. En même temps, sous la houlette de Lorraine Pagé, la CEQ accueille d’autres professions associées ou non au monde de l’éducation, dont des infirmières. D’où le grand changement de 2000 avec l’adoption du patronyme CSQ.

Malgré sa retraite, Lorraine Pagé est demeurée très active. Outre son travail de conférencière, elle est notamment conseillère municipale à la ville de Montréal.

Commentez cet article

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *