Pascal Bergeron

On sait qu’il est vraiment URGENT de réduire ses émanations et ses déchets toxiques; la Terre n’en peut plus. On peut toujours s’indigner devant tant d’efforts pour creuser, fracturer, extraire, transporter gaz et pétrole, malgré les populations, malgré le marché vacillant des hydrocarbures, malgré les maigres retombées régionales. Mais on peut aussi passer à l’action, poser un geste d’éclat, désobéir au ministre et à ses flics, sans violence, bien entendu. C’est ce que Pascal Bergeron a fait avec d’autres militants et militantes de la Gaspésie. Et du Québec. Pendant un an, qu’il pleuve, qu’il grêle, ces environnementalistes ont occupé le terrain prêté (claim) à Junex dans le canton de Galt, à 20 km de Gaspé. Et ils ont marqué des points. De nombreux points. Parlez-en à l’ancien ministre de l’Énergie, Pierre Moreau.

Dans cet entretien, Pascal Bergeron, porte-parole du groupe gaspésien « Environnement Vert Plus » nous relate cet acte de désobéissance civile, nous en fait le bilan et, en prime, nous initie à la géologie sans douleur. Si, après visionnement, vous aimez ce document, faites-le savoir dans vos réseaux sociaux. Ce serait grandement apprécié puisque, nous jure-t-on, l’avenir de Ferrisson se mesure en terme de succès chez Facebook, Twitter et consort.


Cette entrevue de Pascal Bergeron s’inscrit dans une famille de productions baptisée «Vision essentielle», une famille complémentaire à la série «Les militants – militantes». Il s’agit d’entrevues sans fréquence déterminée, qui permettent à des personnalités progressistes de faire valoir leur point de vue.

Commentez cet article

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *