Pierre Paquette, CSN

Jeune prof d’économie au Cégep Maisonneuve, Pierre Paquette se fait remarquer très tot à la CSN où il laisse sa marque soit comme président du Conseil central (Montréal Métro), soit comme secrétaire-général de la centrale. Puis il passe au Bloc Québécois où il complètera quatre mandats comme député fédéral de Joliette. Battu par la vague orange de 2011, il redevient professeur.

Pour accéder à la partie 1 de l’émission, cliquez sur l’image ci-haut

Pour accéder à la partie 2 de l’émission, cliquez sur l’image ci-haut

 

Compléments à l’émission, des documents de courte durée.

Supplément 1 : La peur financière de Lévesque et Bouchard (cliquez sur la vignette).
Supplément 2 : Négocier seul : une erreur (cliquez sur la vignette).
Supplément 3 : Les permanents de la CSN (cliquez sur la vignette).
Supplément 4 : Concertation (version longue) (cliquez sur la vignette).
Supplément 5 : Chartrand et les fonds de pension (cliquez sur la vignette).
Supplément 6 : Y a-t-il une relève ? (cliquez sur la vignette).
Supplément 7 : Le Conseil central Montréal-Métro (cliquez sur la vignette).
Supplément 8 : Militant au syndicat local ? (cliquez sur la vignette).
Supplément 9 : Préposé aux bénéficiaires (cliquez sur la vignette).
Supplément 10 : Les fameux cycles «pros et cons» (cliquez sur la vignette).

Capsules Flash (moins de deux minutes chacune):

À venir


Pierre Paquette, syndicaliste par nature, souverainiste par devoir

Dans notre humanité progressiste, Pierre Paquette est de ceux qui font mentir la caricature du prolétaire exsangue rompant ses chaînes pour devenir leader syndical. Bien au contraire. Issu d’une famille bourgeoise d’Outremont, il fait de bonnes études et devient économiste. Mais, petite nuance, ses lectures et fréquentations l’amènent du côté gauche de la barricade et, jeune professeur de cégep, il épouse la cause syndicale.

Délégué au Conseil central de la CSN, il s’allie à Gérald Larose et il gravit tous les échelons jusqu’à la présidence. Ce sera l’ère de la concertation avec la société civile. Puis il passe à la centrale syndicale où il est élu secrétaire-général.

Mais comme la question nationale l’interpelle au plus haut point, Pierre Paquette quitte la CSN pour se joindre au Bloc Québécois où il complètera quatre mandats comme député fédéral de Joliette. Battu par la vague orange de 2011, il réintègre son cégep comme professeur d’économie.

Toutefois, en 2014, il replonge dans la politique, cette fois au Québec sous la bannière péquiste et il tente de déloger le chef caquiste François Legault de son fief; malheureusement, il n’arrive que bon deuxième. Depuis, un peu en réserve de la république, il poursuit son militantisme auprès de l’organisation Oui Québec.

Commentez cet article

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *