Martin Montoudis, SCFP-FTQ

Amorcée en pleine guerre mondiale par le gouvernement d’Adélard Godbout, mise en veilleuse par Duplessis, puis relancée en trombe par Jean Lesage dès 1960, la Révolution Tranquille a façonné le Québec moderne. Ce grand souffle social, économique et culturel a tout balayé, incluant l’électricité où, en 1962, la société montréalaise Hydro-Québec fusionnait toutes les compagnies d’électricité en sol québécois pour devenir monopole national. Dès lors, il fallait arrimer les systèmes, les actifs, les politiques et, bien entendu, les ressources humaines, une masse hétéroclite d’employé-e-s parfois syndiqué-e-s à la CSN, parfois à une composante de la FTQ et parfois, pas du tout.

Mais voilà qu’un des artisans de la syndicalisation des fonctionnaires provinciaux, Martin Montoudis, fut embauché à Hydro-Québec comme dessinateur. On connait la suite. Au prix d’efforts colossaux et de détermination civilisée, non seulement de sa part, mais aussi de celles d’une poignée initiale de visionnaires, un grand syndicat fut créé, la section locale 2000 du SCFP (FTQ). Martin Montoudis, homme de progrès et de diplomatie, en fut le secrétaire général jusqu’en 1999. Voici son histoire.

Pour accéder à la partie 1 de l’émission, cliquez sur l’image ci-haut

Pour accéder à la partie 2 de l’émission, cliquez sur l’image ci-haut

 

Compléments à l’émission, des documents de courte durée.

Supplément 1 : Privatisation, sous-traitance et autres catastrophes (cliquez sur la vignette).
Supplément 2 : Les Québécois selon Martin Montoudis (cliquez sur la vignette).
Supplément 3 : La grève de 1976 (cliquez sur la vignette).
Supplément 4 : Le commissaire Gauvreau (cliquez sur la vignette).
Supplément 5 : Les femmes: exit 60 ans ! (cliquez sur la vignette).
Supplément 6 : Absent du Front commun de 1972 (cliquez sur la vignette).
Supplément 7 : Moyens de pression de l’époque (cliquez sur la vignette).
Supplément 8 : Initiateur des plans unilingues français (cliquez sur la vignette).
Supplément 9 : Fonds de grève rudimentaire au SEB (cliquez sur la vignette).
Supplément 10 : Péripéties (parfois apostoliques) de recrutement (cliquez sur la vignette).
Supplément 11 : Forte présence catholique à la CSN (cliquez sur la vignette).
Supplément 12 : Catholicisme malfaisant (cliquez sur la vignette).
Supplément 13 : L’ambassade canadienne à Paris en 1958 (cliquez sur la vignette).
Supplément 14 : Rafle au métro Châtelet (cliquez sur la vignette).

Martin Montoudis : acteur dans la Révolution tranquille, pionnier syndical à Hydro-Québec

Français de parents grecs, Martin Montoudis a 24 ans, lorsqu’en 1958, il débarque à Montréal, cette métropole au sujet de laquelle l’ambassade canadienne à Paris avait omis de lui dire qu’on y parlait français.

En cette fin du duplessisme catholique, ce que le jeune homme découvre lui convient malgré tout et il plonge dans un tourbillon créateur que l’histoire retiendra comme ayant été la Révolution tranquille.

Martin Montoudis s’initie alors au syndicalisme dans lequel il va s’investir, surtout à Hydro-Québec dès le début de la grande nationalisation. Il va y participer à la construction d’un grand syndicat, celui des employés des techniques professionnelles et de bureau, la section locale 2000 du Syndicat canadien de la fonction publique.

Il va y militer pendant 35 ans en tant que président de la région métropolitaine, puis de secrétaire général québécois, cela de 1973 jusqu’à sa retraite, en 1999.

Commentez cet article

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *