Normand Caron, FTQ

Pour accéder à la partie 1 de l’émission, cliquez sur l’image ci-haut

Pour accéder à la partie 2 de l’émission, cliquez sur l’image ci-haut


Les deux parties de cette émission ont été légèrement modifiées le 24 mars 2015.


 

Compléments à l’émission, des documents de courte durée.

Supplément 1 : La parabole des tailleurs de pierres (cliquez sur la vignette).
Supplément 2 : Bilan (cliquez sur la vignette).
Supplément 3 : Vaincre la résistance de l’appareil (cliquez sur la vignette).
Supplément 4 : La dette: dégonfler la baloune paranoïaque (cliquez sur la vignette).
Supplément 5 : Le MÉDAC: démocratisation de la connaissance financière (cliquez sur la vignette).
Supplément 6 : Un outil de paix au lieu d’une «bonne guerre» (cliquez sur la vignette).
Supplément 7 : André Leclerc (cliquez sur la vignette).
Supplément 8 : Cinq ans au Sénégal (cliquez sur la vignette).
Supplément 9 : Bilan social de l’entreprise (cliquez sur la vignette).
Supplément 10 : Candidat pour le PQ en 1973 (cliquez sur la vignette).

Capsules Flash (moins de deux minutes chacune):

Un vrai travail de militant (cliquez sur la vignette).
Infiltration policière (cliquez sur la vignette).
Équipe idéale pour la formation (cliquez sur la vignette).

Normand Caron, militant créatif, gestionnaire progressiste

Il y a consensus sur le fait que le Fonds de Solidarité de la FTQ est né grâce à Louis Laberge et à Jean-Guy Frenette. Tout comme il y a unanimité sur le fait que Fernand Daoust et Claude Blanchet y ont été essentiels. Mais, dans la distribution des médailles, il ne faudrait surtout pas oublier celui qui a tissé l’incroyable nasse logistique sans laquelle rien n’aurait été possible, Normand Caron.

Tour-à-tour prof de socio à l’UQAM, émule d’André Laurin dans le mouvement des ACEF, patron malheureux chez Québec Presse et D.G. de la Ligue des droits et libertés, il se retrouve à la FTQ comme responsable de la formation.

Puis il devient l’homme de la souscription et de la formation des intervenants sur le terrain, au tout nouveau Fonds de Solidarité. Pendant dix ans, les deux pieds bien ancrés sur le plancher des vaches, il alimentera la «patente à Laberge» et contribuera ainsi à en faire le succès que l’on connaît.

Quand il passera le flambeau, il s’en ira oeuvrer en développement économique au Sénégal.

Enfin, depuis son retour, on le retrouve au Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MEDAC) où il peut s’adonner à son dada préféré, la formation financière et économique, plaisir qu’il prodigue à satiété.

Commentez cet article

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *