Yvon Charbonneau nous a quitté

Un grand leader syndical québécois, Yvon Charbonneau, tire sa révérence. Quelle triste nouvelle.

Il faut savoir que M. Charbonneau fut enseignant par goût et par conviction. Il s’est impliqué très rapidement dans la mouvance syndicale de sa région, les Hautes-Laurentides, et, sous la houlette de Raymond Laliberté, a contribué à la transformation de la CEQ en véritable centrale syndicale.

En 1970, il en devient le président et, dès lors, entreprend d’y développer une pensée sociale. Il est aidé en cela par les événements parfois violents qui caractérisent le Québec des années 70. À la suite du Front Commun de 1972, il doit purger quatre mois de prison en compagnie de Marcel Pepin et Louis Laberge.

Après avoir été remplacé 4 ans par Robert Gaulin, il reprend le collier en 1982, ce qui le ramène dans un climat d’affrontement avec Québec où on vient d’inaugurer un premier cycle néolibéral. En 1988, Yvon Charbonneau quitte le monde syndical pour de bon, un monde qu’il a profondément aimé.

Yvon Charbonneau est finalement allé rejoindre Marcel Pepin et Louis Laberge fermant la porte définitivement sur une période tumultueuse de l’histoire sociale québécoise.

Le 13 novembre 2014, M. Charbonneau avait accepté de nous recevoir et de partager avec nous ses souvenirs.

Ferrisson offre ses plus sincères condoléances à son épouse, Raja, à ses enfants et à tous ses proches.

Laissez le vous raconter son histoire en cliquant sur ce lien.

Yvon Charbonneau nous a quitté

Commentez cet article

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *