Où est la démocratie?

Sommes-nous un peuple résigné? Désirons-nous la paix à n’importe quel prix? À quand le jour où nous verrons les Québécois exercer majoritairement leurs obligations de citoyens? Laisserons-nous longtemps nos politiciens ridiculiser la démocratie?

Mais, dans les faits, comprenons-nous ce qu’est la démocratie (dêmos*, « peuple » et kratos, « pouvoir » ?

La démocratie est un régime politique fondé sur le principe que la souveraineté appartient à l’ensemble des citoyens, soit directement (par des référendums) soit indirectement par l’intermédiaire de ses représentants élus.

La démocratie suppose l’existence d’une pluralité d’options et de propositions, généralement incarnées dans des partis et des leaders ayant la liberté de s’opposer et de critiquer le gouvernement ou les autres acteurs du système politique.

La démocratie exige aussi que les grandes libertés soient reconnues: liberté d’association, liberté d’expression et liberté de presse. Juridiquement, une démocratie s’inscrit dans un État de droit; culturellement, elle nécessite une acceptation de la diversité.

On oppose la démocratie à l’autocratie: tyrannie, aristocratie, monarchie, dictature et toutes les formes de pouvoir où la majorité est exclue du processus décisionnel (régimes autoritaire et totalitaire).

Le terme est parfois utilisé d’une manière abusive ou trompeuse pour maquiller une dictature.

Référence tirée du site: Perspective Monde

Josée Boileau, du journal Le Devoir, dans son article «Jamais repentant» pose les bonnes questions suite aux actions du gouvernement fédéral, entre autres dans les dossiers de la GRC, de la Commissaire à l’information du Canada, d’Omar Khadr. Et que dire des dossiers d’harcèlement dans les forces armées canadiennes, des sables bitumineux en Alberta, des attaques au syndicalisme par le projet de loi contesté C-525, par son obsession de l’ordre et de la justice.

Plusieurs des militants de Ferrisson ont exprimé leurs opinions sur ce sujet :

Michel RiouxMichel Rioux (photo de gauche) s’est demandé «Que nous faudra-t-il?» pour agir en y ajoutant le fameux «Quinous et Nousqui»

Paul ClichePaul Cliche (photo de droite) quant à lui se rappelle que le Deuxième front avait comme but de devenir un «Bon citoyen» . D’ailleurs, la CSN a relancé le deuxième front en lançant sa campagne «Si on avançait» en octobre 2013.

André LeclercAndré Leclerc (photo de gauche) pour sa part nous parle d’une «Conscience politique en devenir» .

N’hésitez pas à vous rendre sur le site Les Militants . Vous y découvrirez des personnages fascinants qui ont fait l’histoire du Québec.

Bon visionnement!

Où est la démocratie?

Commentez cet article

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *