Lionel se souvient

(Photo: Jacques Nadeau – Le Devoir) Isabelle Paré du Journal le Devoir a eu le privilège de rencontrer Paul Gérin-Lajoie, premier titulaire du ministère de l’Éducation du Québec du 13 mai 1964 au 16 juin 1966.

M. Gérin-Lajoie a accepté de lui raconter les débuts du système éducatif québécois, les embûches qu’il a dû déjouées pour mener à bien son projet. Cet article nous ramène à une époque pas très éloignée mais combien étrangère à notre réalité d’aujourd’hui. Il est important de se remémorer tout cela pour bien comprendre nos acquis et les protéger.

«Productions Ferrisson» a rencontré, en février 2014, Lionel Bergeron qui a débuté sa carrière en 1951 comme Frère enseignant.

Laïcisé en 1955, il a été un témoin privilégié des luttes menées pour que les enseignantes obtiennent justice quant à leur rémunération. Leur condition de femme faisait en sorte qu’elles étaient payées deux fois moins cher que leurs collègues masculins.

Lionel BergeronM. Bergeron a participé à la grande réorganisation structurelle du milieu scolaire à la fin des années 60. Il a vécu la transition de la confessionnalité à la laïcité scolaire. Il était là également au début des négociations dans le dossier de l’équité salariale. Pour en apprendre plus sur son parcours, cliquez sur ce lien-ci . Vous pouvez également visionner l’émission sur notre nouvelle chaîne Youtube .

Le qualificatif de mémoire des débuts de l’enseignement moderne peut être accolé, sans aucun doute, à Lionel Bergeron.

Le récit de M. Paul Gérin-Lajoie nous explique le rôle du chef d’orchestre. Pour sa part, M. Lionel Bergeron nous démontre l’importance du musicien.

Lionel se souvient

Commentez cet article

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *