Fête du Travail

(Photo: SPGQ) Au Canada, la fête du Travail est célébrée pour la première fois le 15 avril 1872, alors que des défilés et des rassemblements ont lieu à Toronto et à Ottawa, tandis qu’au Québec, elle le fut pour la première fois à Montréal, en 1891. Et c’est le 23 juillet 1894 que le gouvernement fédéral déclara que la fête du Travail était un jour férié.

La fête du Travail est célébrée le premier lundi de septembre et elle marque la rentrée (scolaire, artistique) après les vacances d’été. Elle n’a pratiquement plus de signification politique particulière.

À une certaine époque, cette journée avait pour but de se rappeler jusqu’à quel point les conditions de travail s’étaient améliorées puisque celles-ci n’ont pas toujours été aussi intéressantes qu’elles le sont de nos jours.

Saviez-vous qu’en 1900, les gens travaillaient en moyenne de 10 à 12 heures par jour? Que les enfants travaillaient très tôt afin de pouvoir aider leurs parents à subvenir aux besoins de leur famille? Que l’une des premières revendications notables des travailleurs dans le monde fut de demander la journée de 8 heures?

D’ailleurs, cette bataille fut à l’origine de la Fête internationale des travailleurs et travailleuses. Si vous voulez en savoir plus sur «l’Affaire de Haymarket», cliquez sur ce lien.

Ici au Québec, la fête des Travailleurs a lieu le 1er mai. Elle n’est pas reconnue comme étant un jour férié mais elle est largement célébrée par les syndicats et les partis, groupes et organisations de gauche. Elle est considérée comme une journée de célébration de la classe ouvrière et ce, depuis 1970. Je vous invite à lire un article paru dans le Devoir le 1er mai 2008 sous la plume de M. Jacques Rouillard qui nous brosse un tableau de la classe ouvrière très éclairant. Il est toujours d’actualité.

Donc, lundi, le 9 septembre 2015, plusieurs profiteront d’une belle journée de congé. Mais cela ne devrait pas nous faire oublier que des négociations sont actuellement en cours avec le Président du Conseil du Trésor, M. Martin Coiteux et que le SPGQ et le SFPQ ont besoin d’aide. Ils demandent à leurs membres de porter du noir en signe de deuil. Pourquoi ne pas être solidaire et faire de même.

Michel RiouxLe rapport de forces. C’est vital. Ferrisson vous invite à visionner la vidéo réalisée avec Michel Rioux qui nous rappelle le vrai sens de la solidarité. cliquez ici

Fête du Travail

Commentez cet article

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *