Défi d’André Laurin

Le 7 juin 2014, dans le cadre de la collation des grades à l’Université Laval, Monsieur André Laurin recevait un Doctorat Honoris Causa de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation, département d’économie agroalimentaire et des sciences de la consommation.

À cette occasion, Monsieur Laurin a lancé un défi aux étudiants gradués. Il leur a expliqué quels espoirs il fondait sur eux.

Puisque les paroles s’envolent mais que les écrits restent, voici une partie du message qu’André Laurin leur a adressé.

La société de demain dans laquelle vous tous aimeriez vivre sera celle que vous commencerez à construire dès aujourd’hui.

Dans toutes les sociétés, malheureusement, il y a des femmes et des hommes qui se contentent d’assumer leur rôle, d’exercer leur profession de manière individualiste.

Si c’est votre cas, vous hériterez d’une « société immobile» et vous l’aurez méritée. N’allez jamais vous plaindre. Par contre, si ce n’est pas ce que vous entrevoyez, et bien devenez des agents de changement.

Lors d’une rencontre avec le président de l’Office de la protection du consommateur, Me Louis Borgeat, je lui ai fait part de ma grande déception. Au moment de sa création, l’État québécois n’a pas jugé bon de créer, non pas un office, mais bien un super ministère de la consommation.

Avez-vous déjà songé que tous les autres ministères, dans les faits, concernent la consommation? En effet, nous consommons de la santé, de l’éducation, de la justice, de la voirie, des parcs, des loisirs, de la culture et plus encore.

Alors, ce super ministère, à l’instar du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), devrait avoir autorité suprême avant que tout projet de loi ne soit présenté à nos législateurs.

Êtes-vous prêts à relever ce défi ?   Convaincre l’État de promouvoir la transformation de l’Office de la protection du consommateur en un super ministère ? Ce serait une avancée pour le bien-être des consommateurs.

J’aimerais aussi vous voir rêver ce que serait votre société de demain si, aujourd’hui, chacune et chacun d’entre vous pouvait préparer un seul projet de changement valable qu’il ou elle réaliserait durant sa carrière ou sa vie.

Si ce rêve que je fais et fonde en vous se généralise, le Québec deviendra l’endroit numéro un du mieux être mondial.

Il est primordial de retenir que l’esprit d’initiative orienté par des valeurs non économiques « est neutre» pour l’avancement de la société et que l’innovation doit être créatrice de richesse sociale, au-delà de la richesse personnelle. Sans cette condition, il n’y a pas de véritable développement qui est, par définition, augmentation du niveau de vie pour l’ensemble de la population, et non seulement pour un petit groupe.

En conclusion, gravez bien ceci dans votre mémoire :

L’innovation qui n’est pas créatrice de richesse sociale fait reculer la société dans son ensemble plutôt que la faire avancer. Suite à mon expérience personnelle, voilà brièvement le message que je désirais vous livrer.

Maintenant, partez, préparez votre plan de changement.

Agissez rapidement, car la société compte sur vous.

Merci

 

 

 

Défi d’André Laurin

Commentez cet article

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *